E-commerce : La percée africaine

cropped-capture-dc3a2e282ace284a2c3a3c2a9cran-2015-06-02-c3a3c2a0-09-24-301.png

Abidjan, Dakar, Nairobi, Alger, Cape Town… Partout dans les capitales africaines, la tendance est à l’ecommerce. En 3 ans, cette nouvelle forme d’achat et/ou de vente est rentrée dans les habitudes du citoyen africain moyen. Explications…

Face à l’insuffisance de lignes téléphoniques fixes, le téléphone portable s’est imposé en moins d’une décennie en Afrique. Le téléphone portable comme son nom l’indique, offre des facilités de mobilité à celui qui le possède et lui permet d’être joignable partout.

Près de deux décennies après son arrivée en Afrique, le mobile s’impose comme un outil indispensable. Il fait désormais partie du quotidien des africains. Avec l’arrivée du commerce électronique, il est plus que jamais incontournable.

On peut tout acheter à partir de son téléphone : des produits d’alimentation, high-tech, de l’électroménager, des fournitures scolaires ou de bureau. Tout y passe. Les sites d’ecommerce offrent une gamme variée de produits. Ils sont donc envahis par la classe moyenne, les jeunes travailleurs qui, occupés par leurs activités, ne trouvent pas de temps pour faire le tour des supermarchés. Déjà que ceux-ci sont en nombre insuffisant sur le continent. La nature a horreur du vide dit-on.

De plus en plus d’africains surfent sur la toile dans l’intention de faire des achats. « Le marché de la vente en ligne arrive à maturité, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années » affirme Luke Mckend, le directeur Afrique du Sud de Google.

Des études affirment même que d’ici 2017, l’Afrique devrait compter plus de 337 millions d’utilisateurs de téléphone mobile et un tiers des 1,2 milliard d’Africains devraient avoir accès à internet via mobile.

Le commerce électronique ouvre de nouvelles opportunités d’achat pour la classe moyenne africaine. Un rapport du cabinet d’expertise McKinsey conclut qu’il pourrait représenter 10 % des ventes au détail dans les plus grandes économies du continent, et générer quelque 75 milliards de dollars en revenus annuels. Les analystes de Knowdys, quant à eux, prévoient une augmentation de 65% des abonnements téléphoniques dans l’intervalle 2015-2020 et un boom du e-commerce au sud du Sahara.

La révolution est déjà en marche et sera au centre des échanges lors de la 11e édition du salon Africa Telecom People qui aura lieu les 8 et 9 octobre 2015 à Abidjan.

Inscrivez-vous ici.

Boris Blé

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s