Le défi de la diffusion des TIC en zone rurale

Horus - 11092015

Ces vingt dernières années, le paysage télécom africain est devenu un marché mature et une référence dans le secteur des services à valeur ajoutée (revente de données, mobile money, produits de divertissement tels que la musique en ligne, etc.). L’Eldorado africain a attiré nombre d’opérateurs, entrainant une diminution des tarifs et une adoption massive. En 2015, deux tiers de la population africaine est couverte et plus de la moitié des Africains possède un téléphone mobile.

Mais cette image positive masque une réalité plus contrastée. En zone rurale, seule la moitié de la population bénéficie d’une qualité de réseau suffisante pour effectuer un appel et moins d’un quart peut se connecter à l’Internet mobile. Les zones rurales représentent une formidable réserve de clients, mais les connecter dans des conditions rentables relève encore de la gageure. Le faible taux d’électrification oblige les opérateurs à recourir à des solutions couteuses en investissement et plus encore en maintenance (générateurs, panneaux solaires), et l’accès aux sites ruraux reste souvent difficile. Tous ces facteurs augmentent les coûts d’investissement et d’exploitation dans des zones à faible densité qui risquent de ne générer que des revenus relativement limités.

La géomatique, l’outil idéal pour le déploiement rural

Contraints par leurs obligations réglementaires et soucieux d’accroître leurs parts de marché, les opérateurs souhaitent déployer leurs réseaux en zones rurales. Outre les problèmes techniques, ils ont surtout une mauvaise connaissance du potentiel de ces zones qui sont peu analysées par les statistiques officielles.

L’analyse géomatique que réalisent des sociétés comme Horus permet, en associant l’étude socio-économique, l’exploitation de données satellitaires de population au niveau le plus fin et les ratios d’usage des services, de localiser et mesurer les besoins en télécommunications par km² en zones rurales et par bloc de bâtiments en zones péri-urbaines. On peut alors calculer le trafic et les revenus potentiels par site et les classer par niveau de rentabilité. Ce type d’analyse permet d’éviter de coûteuses erreurs de déploiement et d’optimiser les investissements en réseaux techniques et commerciaux.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s